17 février 2019

Occupons-nous de nos affaires… Celles du Père.. 

La première parole connue de Jésus est la suivante : « Pourquoi me cherchiez-vous ? Ne saviez-vous pas qu'il faut que je m'occupe des affaires de mon Père ? » (Luc 2 : 49). 

Jésus n’avait que 12 ans, et il s’adressait ainsi à ses parents, Joseph et Marie, qui le recherchaient depuis trois jours. Ils finirent par le retrouver « dans le temple, assis au milieu des maîtres ; il les écoutait et les interrogeait. » (v. 46). 

Très tôt la conscience de Jésus est éveillée aux réalités spirituelles. Il sait que Dieu est son Père. Sa saine curiosité le pousse au Temple pour entendre l’enseignement et interroger les rabbins. C’est cela qu’il nomme « s’occuper des affaires de mon Père ».

Qu’en est-il de chacun d’entre nous à cet égard ? Sommes-nous toujours passionnés par les choses spirituelles ? Consacrons-nous du temps à mieux comprendre notre foi et à mieux connaître Notre Seigneur ? L’Ecriture nous encourage dans ce sens : « Si donc vous êtes ressuscités avec Christ, recherchez les choses d'en haut, où Christ est assis à la droite de Dieu. Attachez-vous aux réalités d'en haut, et non à celles qui sont sur la terre. » (Col. 3 : 1-2).

Lisons-nous régulièrement notre Bible pour nous imprégner des paroles soufflées par le Saint-Esprit ? (2 Tim. 3 : 16). Ces paroles « peuvent nous donner la vraie sagesse » (2 Tim. 3 : 15 Semeur). Sommes-nous régulièrement en recherche d’un livre traitant de tel ou tel sujet biblique ?

Il existe une adéquation logique entre notre nouvelle naissance et le fait de rechercher à nous occuper des affaires de Notre Père céleste.

Si cette aspiration n’existe pas ou bien si elle s’est ralentie, renouvelons notre engagement au Seigneur et à tout ce qui concerne son Royaume qui vient !

Prions, lisons, méditons, agissons avec les forces que le Père donne.    

Robert Héris