14 avril 2019

Rameaux ou racines ?    

« Ceux qui précédaient et ceux qui suivaient Jésus criaient : ‘Hosanna au Fils de David ! Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur ! Hosanna dans les lieux très hauts !’ ‘ » (Mt. 21 : 9).

Les moments de triomphe peuvent être trompeurs et, la foule, versatile par essence, peut tout à coup changer d’opinion. C’est exactement ce qui est arrivé à Jésus après son entrée triomphale à Jérusalem. Monté sur un âne, la monture des rois, il est adulé par une multitude de personnes enthousiastes. On jette à terre son manteau pour qu’il devienne un tapis servant à jalonner le parcours du Seigneur ; on agite des rameaux et l’on crie ‘Hosanna’ pour acclamer Jésus.

Cette exaltation sera malheureusement de courte durée. Elle peut nous faire penser à des conversions réalisées sous le coup d’une émotion mais qui ne résistent pas aux épreuves de la vie.

La fête des Rameaux nous interroge sur la solidité de notre foi. Elle nous rappelle cette parabole où Jésus parle d’une semence tombée parmi les cailloux : « Une autre partie tomba dans un sol pierreux où elle n'avait pas beaucoup de terre ; elle leva aussitôt, parce qu'elle ne trouva pas un terrain profond, mais quand le soleil parut, elle fut brûlée et sécha, faute de racines. » (Mt. 13 : 5-6).

Ainsi ce n’est pas ce que l’on voie d’un arbre qui compte avant tout, c’est-à-dire ses rameaux, mais ce sont ses racines ! Pour qu’une conversion perdure toute la vie il est absolument indispensable qu’elle s’enracine dans un terrain propice à sa croissance et à sa solidité. Une vraie rencontre avec Dieu est déterminante pour la suite.

Interrogeons-nous sur la profondeur de nos racines et puisons notre force dans la Bible, Parole de Dieu, ainsi que dans notre communion quotidienne avec le Seigneur !

Robert Héris