13 janvier 2019

Changement profond...

Conversion… Les dictionnaires en donnent la définition suivante : « Action d'adhérer à une religion, d'abandonner une religion pour une autre ou de passer de l'incroyance à la foi religieuse. » (Larousse).

La Bible (Nouveau Testament) emploie le mot « métanoïa » (traduit par repentance ou conversion) et qui signifie un « changement de mentalité » « un renversement de la pensée. »

La conversion biblique est une rencontre personnelle avec Dieu qui produit un bouleversement déterminant dans la vie de celle ou de celui qui l’expérimente.

Zachée qui rencontre Jésus est une belle illustration de la conversion. (Lire Luc 19 : 1-10). Il désire que Jésus demeure dans sa maison et la joie l’envahit. Lui, le collecteur d’impôt, est maintenant prêt à s’occuper des pauvres et il désire même restituer ce qu’il avait indûment encaissé… Dans cet exemple on voit bien qu’il ne s’agit pas d’un changement de religion mais d’un bouleversement de la pensée et des comportements.

Par la conversion notre tristesse se change en joie, notre cœur s’ouvre au Seigneur qui vient y faire sa demeure, notre égoïsme fait place à la générosité et nous sommes poussés à réparer les injustices que nous avons commises dans le passé.

Le sens de la venue de Jésus ici-bas est bien résumé par le verset 10 de notre texte : « … le Fils de l’homme est venu chercher et sauver ce qui était perdu. » Cette venue est le « OUI » de l’Amour de Dieu à l’humanité. La conversion n’est autre que le « OUI » de l’homme à Dieu.

Prenons garde de croire que le simple fait de s’appeler chrétien soit la preuve évidente d’une véritable conversion. Comme le dit un proverbe bien connu : « L’habit ne fait pas le moine... ». « Petits enfants, n'aimons pas en paroles et avec la langue, mais en actes et avec vérité. » 1 Jn 3 : 18

Robert Héris