16 septembre 2018

Un sacerdoce universel assumé...

En France, la rentrée des classes est un véritable évènement. Après un fort ralentissement des nombreux services publics ou privés pendant l’été, les activités reprennent. L’Eglise n’échappe ni au phénomène de la parenthèse estivale, ni au redémarrage de ses différentes missions.

 

La rentrée c’est comme un recommencement, une bonne occasion de renouveler notre consécration. Dans les Ecritures, on peut trouver de semblables périodes de recommencement où le peuple de Dieu est invité à se réjouir et à s’offrir à Dieu pour son service. Ainsi, dans le 2ième livre des Chroniques, le roi Ezéchias encourage les sacrificateurs et le peuple à célébrer une Pâque mémorable. Le texte qui nous rappelle cet événement dit à propos des prêtres et des lévites : « Ils se tenaient au poste qui leur avait été attribué, conformément à la loi de Moïse, l’homme de Dieu. » (2 Chron. 30 : 16).

En ce culte de rentrée n’oublions pas deux principes spirituels fondamentaux.

Le premier est que chacun d’entre nous est considéré comme un sacrificateur du Seigneur comme l’atteste cette déclaration de l’Apôtre Pierre :« … et vous-mêmes, en tant que pierres vivantes, laissez-vous édifier pour former une maison spirituelle, un groupe de prêtres saints, afin d'offrir des sacrifices spirituels que Dieu peut accepter par Jésus-Christ. » (1 Pierre 2 : 5).

Le second principe concerne les dons spéciaux que chacun a reçus et qui devraient être mis à disposition du Seigneur, de son peuple et du monde :« Comme de bons intendants des diverses grâces de Dieu, mettez chacun au service des autres le don que vous avez reçu. » (1 Pierre 4 : 10). 

Si nous croyons et pratiquons ces deux principes nous contribuerons avec efficacité au grand projet du Seigneur : le Royaume qui vient ! 

Robert Héris