13 mai 2018

Une coupe et une pierre…

« De Jérusalem je vais faire une coupe enivrante pour tous les peuples (…) Voici : en ce jour-là, je ferai de Jérusalem une très lourde pierre pour tous les autres peuples et quiconque essaiera de la lever de terre en sera tout meurtri. » (Zacharie 12 : 2-3).

Quelle que soit notre opinion sur ce qui se passe en Israël nous devons bien avouer que les paroles du prophète Zacharie (6ième siècle avant Jésus-Christ) sont d’une actualité brûlante.

L’état d’Israël s’apprête à fêter ses 70 ans d’existence le 14 mai. Parallèlement les Etats-Unis d’Amérique ont décidé de transférer leur ambassade de Tel Aviv à Jérusalem ce jour-là, ce qui provoque l’ire d’un grand nombre de nations. Le 10 mai des missiles ont été tirés par l’Iran depuis la Syrie sur Israël. L’armée israélienne a répliqué en détruisant une cinquantaine de sites militaires iraniens postés en Syrie… On peut craindre l’escalade vers une guerre dans toute la région.

Nous ne devrions pas rester insensibles à ces évènements qui annoncent sans doute des choses bien plus graves.

Les deux images employées par Zacharie sont pleines d’enseignement.

La première est celle d’une coupe enivrante. Elle nous parle de la perte de contrôle, de l’ivresse idéologique qui finira par triompher et qui entraînera la plupart des nations à prendre des décisions irréfléchies envers Jérusalem.

La deuxième est celle d’une pierre pesante qui blessera les peuples. Quiconque voudra soulever cette pierre, c’est-à-dire imaginer avoir un droit sur cette ville sera meurtri.

Gardons-nous de considérer les évènements du Moyen Orient sous un regard politique exclusivement, envisageons-les avec des yeux spirituels. La Bible est là pour nous avertir, nous enseigner et nous encourager.

Comme le disait le grand théologien protestant Karl Barth : « Un pasteur devrait toujours tenir la Bible dans une main et le journal dans l’autre. »                                       

Robert Héris