15 avril 2018

Pour que le fer surnage...

 Le prophète Elisée qui succéda à Elie demanda une double part de l’Esprit qui résidait chez son maître. Les commentateurs de la Bible n’ont pas manqué de noter que le récit attribue en effet deux fois plus de miracles à Elisée qu’à Elie.

Ainsi, ne pensons pas qu’hier était meilleur qu’aujourd’hui mais croyons que Dieu peut nous rendre capables de faire encore mieux que la génération précédente. Ce n’est finalement qu’une question de foi et de passion pour le Royaume de Dieu.

Parmi les miracles accomplis par Elisée nous découvrons celui du fer qui surnage. (2 Rois 6 : 1-7) Les apprentis prophètes désirent construire un lieu plus vaste pour se rassembler. L’un d’eux emprunte une hache, objet rare et précieux à cette époque. Pendant qu’ils abattent des arbres, le fer de la hache empruntée se détache et va sombrer dans le Jourdain… Quelle catastrophe ! Elisée demande simplement de montrer l’endroit où est tombé le fer. Il jette un bois au lieu indiqué et le fer remonte à la surface…

Il est des temps où nous devons abandonner notre foi dans les lois de la physique pour la placer en Celui qui a tout créé et qui peut parfaitement rendre le bois plus lourd que le fer.

Ce bois pourrait nous parler de la croix alors que ce fer peut nous parler de la puissance perdue, sans le fer, que pouvait faire l’apprenti prophète ?

C’est à la croix que se trouve la puissance de vivre une vie nouvelle et d’entreprendre « ...les œuvres préparées d’avance afin que nous les accomplissions... » (Eph. 2 : 10).

Lorsque notre élan pour le Seigneur et pour son Eglise est en baisse, retournons à la croix et consacrons-nous à nouveau au Seigneur. C’est là que le fer surnagera et que nous Le servirons avec efficacité !                            

Robert Héris